Nos Engagements

« Bio 31 » est un groupement de producteurs et de consommateurs qui se situe résolument dans le champ de l’Economie Sociale et Solidaire. Ce projet a pu se concrétiser grâce à l’appui de la « Branche Consommateurs Erables 31 » (Ensemble pour Représenter l’Agriculture Biologique Locale Ecologique et Solidaire en Haute-Garonne) et d’Emmaüs Labarthe sur lèze. Ces acteurs se sont retrouvés autour des valeurs portées par « Bio 31 » :

  • Le Respect de l’environnement
  • La Solidarité
  • La Proximité
  • Une juste rémunération des producteurs

« BIO 31 » un site Internet marchand qui porte ces valeurs :

L’objectif du projet Bio 31 est de contribuer au à la diffusion en circuit court, de produits issus d’exploitations bio et paysannes, à taille humaine, selon plusieurs axes :

  • Mise en avant des valeurs portées par ces producteurs car celles-ci sont différentes du Bio industriel
  • Permettre aux producteurs qui le souhaitent de développer la vente directe auprès des consommateurs afin de mieux maîtriser leurs marges
  • Mutualiser la logistique afin que les producteurs puissent consacrer d’avantage de temps au développement de leurs exploitations
  • Permettre aux consommateurs qui partagent ces valeurs et qui souhaitent les populariser, de participer aux activités de Bio31

Les Acteurs

Les producteurs « Bio 31 » : Ils sont situés près de l’agglomération
toulousain à une exception près. Notre région n’étant pas productrice
d’agrumes ni de fruits exotiques, ceux-ci sont issues d’exploitations
paysannes organisées en coopérative dans la région de Murcie.

Ces producteurs sont agriculteurs ou transformateurs bio. Ils s’interdisent
d’utiliser tous produits chimiques de synthèse, tels qu’insecticides,
fongicides, herbicides… Ils respectent l’environnement naturel, la
biodiversité, préservent la qualité de l’eau. Ils veillent au respect du
bien-être animal et n’utilisent pas d’OGM pour l’alimentation du bétail. Ces
engagements qualité font l’objet d’une certification et/ou de labels ainsi
que de nombreux contrôles.

Il est à noter que pour ces raisons, l’agriculture bio nécessite plus de
main d’œuvre que l’agriculture conventionnelle ; environ 10 à 20% en plus
(Etude Agrieste 2016).

Emmaüs Labarthe : Emmaüs souhaitait créer un espace d’animation et de
distribution sur le site de Labarthe-sur-Lèze, consacré à des productions
bio et locales. Le but étant d’élargir l’environnement relationnel de la
communauté via les rencontres entre compagnons et producteurs bio et
pourquoi pas, offrir des perspectives de reconstruction plus larges. Ce sera
un de nos axes de travail prioritaires pour 2020.

Les consommateurs : Les consommateurs investis dans ce projet sont sensibles au rôle des agriculteurs pour relever les défis auxquels notre société est confrontée :

  • Une consommation qui a du sens : L’agriculture bio plus saine, nécessite d’avantage de main d’œuvre. Il est donc légitime que les producteurs bio bénéficient d’une juste rémunération. N’oublions pas que nos emplettes sont nos emplois.
  • Aspects sanitaires : Une étude récente (Inra -2018) a confirmé qu’une meilleure hygiène de vie (Activité physique régulière, consommation modérée d’alcool, pas de tabac…) associée à une alimentation régulière de produits bio, s’accompagne d’une baisse des cancers de 25% en moyenne, voire plus pour certains cancers du sein et du sang.

  • Pourquoi préférer  La Bio paysanne au Bio industriel : Aujourd’hui, le fort engouement pour les  produits bio profite énormément à la grande distribution. Ceci n’est pas sans danger car elle contrôle aujourd’hui directement ou indirectement plus de 50 % du marché du bio. Cette situation déséquilibrée ne peut être que néfaste à La Bio de type paysanne.

L’association Grande distribution – Bio industriel ne respecte qu’à minima les règles du bio. Elle ne respecte pas :

  • l’environnement avec toujours plus d’emballages, plus de films plastiques, toujours autant de transports polluants en s’approvisionnant loin
  • le travail des fournisseurs et des salariés par la pression qui s’annonce sur les prix des produits bio